Histoire de Sainte Wilgeforte

Cette statue en bois du XVIIIème siècle, oeuvre d'un artiste inconnu, est visible à l'église Notre Dame de Lorette à Prague.

Histoire du Martyre de Sainte Wilgeforte (Svata Starosta)

La légende de Sainte Wilgeforte s’est diffusée en Europe au XIVème siècle à partir des Pays-Bas où elle est appelée Sainte Ontkommer. Elle est aussi connue en Europe sous divers noms : Sainte Wilgeforte, du latin Virgo Fortis, Sainte Débarras en France, Liberata en Italie, Librada en Espagne, Kümmernis en Allemagne, Uncumber en Angleterre. Tous ces noms la désignent comme libérée ou délivrée.

Statue de Sainte Wilgeforte à Prague

 

La légende la plus courante la donne  comme fille d’un roi païen du Portugal du IVème siècle en guerre contre le roi de Sicile qui a envahi le pays. Pour arrêter ce conflit son père la destine à épouser son adversaire. Mais Sainte Wilgeforte, secrètement chrétienne, ne veut épouser un païen et supplie Dieu de lui éviter ce destin. Dans la nuit une épaisse barbe noire lui couvre le visage, si bien qu’en la voyant le roi de Sicile refuse cette union disant, furieux, qu’au lieu d’une femme il lui a été envoyé un homme. Son père exigea que sa fille demande à son Dieu de lui redonner son visage habituel et qu’elle renonce au christianisme. Devant son refus, son père la fait crucifier à l’imitation de son Divin Epoux.

Des variantes de cette légende lui font pousser cette barbe pour échapper au viol par des soldats ou aux sollicitations incestueuses de son propre père. En Espagne, sous le nom de Sainte Librada, elle est crucifiée avec ses huit sœurs car toutes chrétiennes.

Elle est canonisée en 1583, mais est actuellement retirée du Martyrologue Romain. Fêtée le 20 juillet elle était la Sainte Patronne des miséreux et des femmes malheureuses en ménage qui l’imploraient dans le but de les débarrasser de leurs maris.

Détail de la statue de Sainte Wilgeforte

 

Il semble actuellement établi que la représentation de cette crucifiée barbue viendrait d’une mauvaise interprétation du Volto Santo de la cathédrale de Lucques, image introduite aux Pays-Bas par des marchands de cette ville. En effet, ce crucifix du XIème – XIIème siècle mais que la tradition attribue  à Nicomède (disciple du Christ), représente un Christ barbu, couronné, vêtu d’une longue tunique et chaussé de sandales d’or selon la tradition orientale. Les fidèles du nord de l’Europe, habitués à l’image d’un Christ vêtu d’un seul pagne, y virent l’image non d’un homme mais d’une femme. A ce Volto Santo de Lucques est attribué le miracle de la Sandale d’Or où la statue du Christ jette une de ses sandales d’or à un pauvre musicien jouant à ses pieds. Ainsi Sainte Wilgeforte est souvent représentée avec un musicien n’ayant que sa musique à lui offrir.

 

L’oeuvre

La statue, grandeur nature, en bois stuqué, vraisemblablement de la fin du XVIIIème siècle, se trouve dans la chapelle de Notre Dame des Douleurs du cloître du couvent Notre Dame de Lorette à Prague.

Sainte Wilgeforte est représentée vêtue d’une longue robe bleue parsemée de nœuds de même étoffe et de même  couleur. Une large bande rouge, à l’imitation d’un scapulaire de moine, barre sa robe. Un grand châle frangé à la sévillane tombe de sa tête et des épaules jusqu’à sa taille. Elle est aussi couronnée comme une Vierge andalouse dont elle a le visage triste et serein. Une de ses chaussures est posée à ses pieds rappelant le miracle de la sandale d’or qui lui est aussi attribué à l’imitation du Volto Santo de Lucques. Elle est encadrée par les statues de Sainte Barbe et Sainte Catherine ainsi que de deux bras reliquaires.

Le visage de Sainte Wilgeforte

 

En savoir plus sur l'artiste

Le sculpteur et son atelier sont actuellement anonymes, car oubliés n’ayant pas laissé d’œuvres majeures.  Mais le style typiquement espagnol et baroque fait penser à un artiste venu avec les jésuites espagnols, chargés de « recatholiser » la Bohème après la défaite de la Montagne Blanche.

 

Oeuvres chrétiennes

Les symboles des évangélistes

Marie Madeleine

Sainte Elisabeth du Portugal

Le couronnement de la Vierge

Les deux Saints Chevaliers

L'extase de Sainte Thérèse d'Avila

L'ivresse de Noë

Le fruit défendu d'Adam et Eve

Saint Barthélemy

Saint Nicolas

L'arbre de Jessé

Le jugement de Salomon

Le martyre de Saint Pierre

Mise au tombeau du Christ

La communion de Sainte Lucie

Le voile de Sainte Véronique

Le martyre de Sainte Ursule

Le sacrifice d'Abraham

Saint Etienne

Décollation de Saint Jean Baptiste

L'adoration des Rois Mages

La fuite en Egypte

Judith et Holopherne

Le massacre des Saints Innocents

Samson et Dalila

Saintes Juste et Rufine

L'Annonciation

La présentation de Jésus au Temple

Saint Alexis de Rome

Saint Jérôme et le lion

Saint Martin de Tours

Saint Côme et Damien

Les cornes de Moïse

Jonas

Le martyre de Saint André

La création d'Adam et Eve

Le supplice de Saint Jean l'Evangéliste

Le Christ dans les Limbes

Le Bienheureux Agostino Novello

Saint Louis d'Anjou

Sainte Catherine d'Alexandrie

Saint Wendelin

Sainte Agathe

Saint Thomas

Sainte Odile

Sainte Marguerite

Saint Laurent

Le Bienheureux Simon Stock

Sainte Apolline

La Dormition de la Vierge

Sainte Engracia

Saint Fridolin

Sainte Thècle

Saint Sébastien

Sainte Wilgeforte

Santa Reparata

 

Oeuvres Mythologiques

Laocoon

Une Niobide mourante

Le suicide du Galate

Persée et Méduse

Le taureau Farnèse

Cassandre

Ulysse et les Sirènes

La naissance de Vénus

Hermaphrodite

Zeus et Ganymède

Le mythe de Flora

Les Dioscures

La sibylle de Cumes

Actéon et Diane

Ariane abandonnée

Ulysse et Nausicaa

Hermès

Harpocrate

Niké

Dédale et Icare

Leda et le Cygne

Hercule et Déjanire

L'Enlèvement d'Europe

Pénélope

Chiron et Achille

Adonis mourant

Hercule libérant Prométhée

 

Autres oeuvres

Rinaldo et Armida

Le Départ de Briséis

Le Suicide de Lucrèce

Amour et Psyché

Alatiel

Les amants de Teruel

Mazeppa

L'enlèvement de Polyxène

Portia