Histoire de Santa Reparata

Ce tableau, une tempera sur bois du XVème siècle, oeuvre d'un artiste inconnu, est visible au musée du dell’Opera del Duomo à Florence. Pour en savoir plus sur le musée dell'Opera del Duomo et Florence.

Histoire du martyre de Santa Reparata

Eusèbe de Césarée (203 – 339), bien qu’évêque de cette ville, ne cite pas Santa Reparata – Sainte Réparate en français -  dans son Histoire Ecclésiastique et si Bède le Vénérable (672 – 731) ne la cite  dans son Martyrologue que comme une Vierge de Palestine, son culte se répandit rapidement au cours des croisades dans le sud de l’Europe.

Retable de Santa Reparata à Florence


Le Cardinal Cesare Baronio (1538-1607) la place en tant que Vierge et Martyre dans la liste officielle des Saints de l’Eglise Catholique.

Sainte Réparate est née à Césarée de Palestine, siège de l’Administration Romaine, et avait atteint l’âge de 15 ans lors des persécutions de l’Empereur Dèce (201 – 251). Amenée devant le Préfet pour sacrifier aux idoles comme l’exigeait l’Edit de l’Empereur, elle refusa avec des paroles si fermes et si justes que le Préfet impressionné lui proposa de ne pratiquer qu’un tout petit sacrifice et qu’ainsi elle pourrait rejoindre tranquillement sa famille.

Devant un nouveau refus, et pour la faire céder, le Préfet ordonna que lui soient appliqués divers supplices, les uns plus cruels que les autres. La version la plus courante est qu’elle fût condamnée à être brûlée vive, mais qu’une pluie divine éteignît le brasier. Les bourreaux lui firent alors boire de la poix brûlante qu’elle but comme si c’était de l’eau froide. Suite à ces interventions divines elle fut finalement décapitée.

Selon un autre Martyrologue elle fut enfermée dans un four brûlant dont elle sortit intacte après avoir, toute une nuit, affirmé sa Foi d’une voix joyeuse et claire, et seule la décapitation put la faire taire, son âme sortant de sa bouche sous l’aspect d’une colombe.

Martyre de Santa Reparata

 

Santa Reparatara priant dans le four

Son corps, récupéré par des chrétiens pour lui éviter des dernières profanations, fut placé dans une barque remplie de fleurs odoriférantes. L’embarcation guidée par une colombe arriva sur les côtes de Nice où des anges l’amenèrent jusqu’au rivage d’où son nom actuel  de Baie des Anges.

Elle est fêtée le 8 octobre en même temps que Sainte Pélagie. Elle est la Sainte Patronne de la ville de Florence et de Nice. Ses attributs peuvent être une colombe sortant de sa bouche, la palme du martyre remplacée parfois par une branche de palmier pour rappeler son pays d’origine la Palestine, un livre ou la Bannière de la Résurrection.

La cathédrale de Nice fut construite entre 1650 et 1694 à la place de l’ancien Prieuré de Sainte Réparate possédant ses reliques qui se trouvent actuellement dans la chapelle du même nom.


Florence, suite à l’apparition de la Sainte sur les collines de Fiesole, permettant ainsi la victoire du Général Romain Stilicon sur les Goths dirigés par Radagaise, l’honora en lui dédiant sa  première cathédrale. Des reliques de Santa Reparata se trouvent toujours dans la crypte de l’actuel duomo consacré à Sainte Marie des Fleurs. Les florentins eurent beaucoup de mal à obtenir ces reliques, et après l’épisode en 1352 d’un faux bras de la Sainte qui se révéla être un montage de bois et de plâtre, il fallut attendre 1605 pour obtenir quelques fragments d’os.

L’oeuvre

Il s’agit d’un retable portatif réalisé au début du XVème siècle par un peintre florentin anonyme. Bien que peinte au début du Quattrocento, cette œuvre reste imprégnée du goût gothique du siècle précédent. Les fonds sont réduits au minimum et les protagonistes sont raides avec des visages figés et peu expressifs. Le mérite de cette peinture est d’exposer le martyre de cette Sainte à la biographie succincte.

Santa Reparata occupe en pied toute la partie centrale du retable et son visage attristé est assez beau. Ses attributs sont peu spécifiques et pourraient concerner bien d’autres Saintes – la palme du martyre, un livre et la Bannière de la Résurrection.

Décapitation de Santa reparata


Pour équilibrer les tableautins de part et d’autre de la Sainte, l’artiste a inventé un autre supplice dans lequel ses seins sont brûlés avec des plaques chauffées au rouge. La poix brùlante, le four et la décapitation se trouvent dans tous les récits de son martyre.

En bas sont représentés Saint Jean-Baptiste et Saint Zénobe, premier évêque de Florence pour qu’ainsi le destinataire du retable puisse prier devant les trois saints patrons de sa ville.


En savoir plus sur l'artiste

Ce retable n’a pu être rattaché à aucune oeuvre connue et l’artiste resté anonyme ne porte aucun nom de convention. Il  peut s’agir d’un peintre local travaillant dans un atelier avec un seul aide chargé des tâches matérielles de préparation des tableaux.

Portrait de Santa Reparata

 

Oeuvres chrétiennes

Les symboles des évangélistes

Marie Madeleine

Sainte Elisabeth du Portugal

Le couronnement de la Vierge

Les deux Saints Chevaliers

L'extase de Sainte Thérèse d'Avila

L'ivresse de Noë

Le fruit défendu d'Adam et Eve

Saint Barthélemy

Saint Nicolas

L'arbre de Jessé

Le jugement de Salomon

Le martyre de Saint Pierre

Mise au tombeau du Christ

La communion de Sainte Lucie

Le voile de Sainte Véronique

Le martyre de Sainte Ursule

Le sacrifice d'Abraham

Saint Etienne

Décollation de Saint Jean Baptiste

L'adoration des Rois Mages

La fuite en Egypte

Judith et Holopherne

Le massacre des Saints Innocents

Samson et Dalila

Saintes Juste et Rufine

L'Annonciation

La présentation de Jésus au Temple

Saint Alexis de Rome

Saint Jérôme et le lion

Saint Martin de Tours

Saint Côme et Damien

Les cornes de Moïse

Jonas

Le martyre de Saint André

La création d'Adam et Eve

Le supplice de Saint Jean l'Evangéliste

Le Christ dans les Limbes

Le Bienheureux Agostino Novello

Saint Louis d'Anjou

Sainte Catherine d'Alexandrie

Saint Wendelin

Sainte Agathe

Saint Thomas

Sainte Odile

Sainte Marguerite

Saint Laurent

Le Bienheureux Simon Stock

Sainte Apolline

La Dormition de la Vierge

Sainte Engracia

Saint Fridolin

Sainte Thècle

Saint Sébastien

Sainte Wilgeforte

Santa Reparata

Suzanne et les Vieillards

David et Goliath

 

Oeuvres Mythologiques

Laocoon

Une Niobide mourante

Le suicide du Galate

Persée et Méduse

Le taureau Farnèse

Cassandre

Ulysse et les Sirènes

La naissance de Vénus

Hermaphrodite

Zeus et Ganymède

Le mythe de Flora

Les Dioscures

La sibylle de Cumes

Actéon et Diane

Ariane abandonnée

Ulysse et Nausicaa

Hermès

Harpocrate

Niké

Dédale et Icare

Leda et le Cygne

Hercule et Déjanire

L'Enlèvement d'Europe

Pénélope

Chiron et Achille

Adonis mourant

Hercule libérant Prométhée

 

Autres oeuvres

Rinaldo et Armida

Le Départ de Briséis

Le Suicide de Lucrèce

Amour et Psyché

Alatiel

Les amants de Teruel

Mazeppa

L'enlèvement de Polyxène

Portia